ÉLECTIONS|"POLITIKASS"

SCHIZOPHRENIE

Vote Corse

En 2012, François Hollande a été élu Président de tous les français. Pas des seuls socialistes. Les périodes de cohabitation ont traduit cette réalité, dans un sens comme dans l’autre. Aux municipales de 2014, une majorité des électeurs français s’est exprimée en soutenant des listes de droite. Beaucoup de socialistes s'étant abstenu selon les sondeurs, on a voulu nous faire croire que la signification de ce vote, c’était que les français voulaient plus de gauche. Les porte-parole socialistes ont ainsi fait voter les abstentionnistes comme, en Corse, on fait voter les morts. C’est un peu fort de café ! 

Tandis qu'on déniait au vote du 30 mars la signification claire qu’il exprimait: "les français veulent plus de droite", d'autres socialistes, réfractaires ceux-là, ressortaient les résultats d’une autre consultation, plus informelle, ceux de la primaire socialiste qui n’accorda que 6% à Manuel Valls… Et de conclure que les français ne veulent pas de Monsieur Valls comme Premier Ministre. Un vote de militants intervenu un jour de 2012 devrait donc avoir une signification incontestable et figer les positions ad vitam. Quand on écoute les porte-parole (l'observation est, hélas!, valable pour l'autre camp), on observe un refus déterminé de partager avec les autres une interprétation du réel. Et être schizophrène, ça aide!

Il est possible que des électeurs de François Hollande, qui pensent que c’est l’Etat qui crée des emplois et que les « riches » sont en mesure d’assurer les salaires correspondants, soient très déçus par la réalité des choses et se soient abstenus. Mais combien de sympathisants UMP, écœurés des luttes de clans, des irrégularités et des scandales, en ont fait autant ? Et combien d’électeurs écolos, fatigués d’avaler des couleuvres ? A ce compte-là, plus aucun résultat d'élection n’a de sens.

Ne tirons pas de plan sur la comète. Contentons-nous de comptabiliser des voix. C’est ce qu’il y a de plus objectif.

C'est ce que nous ferons dimanche soir. Une seule conclusion: oubliez vos lassitudes, vos dégoûts et vos désillusions et allez voter!

ÉCHANGER
Aucun commentaire
S'EXPRIMER
Soumettre un commentaire :
cinq + deux = *

* = champ obligatoire