"PARADISE IS NOT LOST"

Décret cabanes à frites

Une illustration des grands projets visionnaires et sociétaux de l'État

Sur la page Facebook "Contre la fermeture des restaurants de plage de La Baule", on apprend que le nouveau Préfet des Pays de la Loire, fraichement nommé en Mai 2014 , Henri-Michel COMET, vient de faire parvenir ce 30 Juillet 2014 aux restaurateurs de la plage une lettre recommandée qui vise à fermer tous les restaurants de plage l’hiver et plus précisément au plus tard le 12 novembre 2014 et jusqu'au mois de Mai, ceci chaque année !

 

Le courrier du Prefet s'appuie sur le décret « plage » du 26 Mai 2006.

Les réfractaires estiment que "l’application à la lettre de ce décret serait un désastre économique et social pour notre station balnéaire mais aussi pour toute la presqu’île avec des centaines de licenciements à la clé et une image de la station ternie à jamais.

- Que va faire la dizaine de restaurateurs, aujourd’hui ouverts à l’année sur la plage, qui emploient des centaines de salariés en CDI ? Les mettre au chômage technique ?

- Comment vont survivre les hôteliers qui accueillent des milliers de clients pour venir passer un week-end pendant les ponts et congés d’hiver?

- Comment vont faire les commerçants qui vivent grâce à l’attractivité de la plage l’hiver ?

Sans restaurant de plage pendant des mois c’est l’attractivité de la Baule qui va être divisée par deux ! Notre station balnéaire va alors devenir un mouroir pendant six mois de l’année ! 

Il est donc important que tous ceux qui vivent et aiment la Baule se mobilisent très rapidement en ce mois d’Aout pour faire pression auprès de ce Préfet et du gouvernement qui l’a nommé et puisse exprimer leur désaprobation pour un tel projet qui aurait des conséquences économiques catastrophiques pour la ville de la Baule et la Presqu’ile mais aussi pour son image."

Mobilisons nous : Page Facebook

ÉCHANGER
(4) Commentaires
avatar
labaulepassion dit :
A FMBCME... heureusement qu'il y a des restaurants de plage qui animent la station toute l'année , cette personne est certainement contre tout et pour rien !!! des gens nuisibles qui apportent rien à une station dynamique comme la baule ... qui veulent en faire une grande MAISON DE RETRAITE , et quand plus personnes ne voudra venir , car trop triste et que le prix de leur appartement s'effondrera , ils n'auront que leur yeux pour pleurer !!!
11 septembre 2014 à 17h25
avatar
HEDONIST dit :
A FMBCME Je ressens beaucoup d’intolérance dans votre post qui me fait froid dans le dos. Nous sommes en ville, pas sur une côte sauvage. J’imagine, l’hiver prochain, la tristesse additionnée de ces barres d’immeubles presque désertées le long de ce ruban de bitume privé de toute activité commerciale. Pas gai, pas gai, la station stalinienne ! Avez-vous comparé le poids de votre déplaisir (un chouilla dogmatique) de voir une partie du domaine public concédé à des entrepreneurs privés et le poids de tous les plaisirs additionnés des clients de ces restaurants de plage, 365 jours par an ? Avez-vous déjà mis les pieds dans l’une des cuisines de ces restaurants, soumises comme leurs sœurs de la terre ferme aux mêmes règles de respect de l’hygiène et de la qualité, ce qui suppose l’emploi de revêtements de sol et de murs et d’un matériel professionnel difficilement démontables ? En obtenant le démontage de ces cuisines, vous réduirez l’offre, l’été venu, aux « baraques à frites » qui, seules, peuvent se contenter d’installations légères. Ce n’est pas comme ça que j’espère La Baule ! Quant au bruit dont vous accusez le successeur du « Bar du Soleil » (que vous ne nommez pas), s’il vous gêne, vous pouvez le signaler à la police qui saura très bien le faire sanctionner, notamment par une redoutable fermeture administrative. Ca me parait un peu disproportionné de vouloir condamner une profession et ses clients pour ce cas qui, s’il est avéré, semble isolé. Cela dit, compte tenu de la largeur du boulevard, du bruit des vagues et du fait que ces restaurants s’ouvrent vers la mer, j’ai peine à croire que les occupants des immeubles riverains puissent être réellement gênés, au-delà de la tolérance bienveillante naturelle que l’on peut attendre de citadins à l’égard de leurs activités et déplacements respectifs. Mais notre époque connaît-elle encore cette tolérance bienveillante ?
31 août 2014 à 21h24
avatar
Fmbcme dit :
J'espère que le préfet ira jusqu'au bout . La plage ressemble de plus en plus à un domaine privé. Dans certaines communes, les restaurants de plages sont démontés de septembre à juin. A La Baule de plus, certains restaurants dont celui qui a remplacé le ´´ bar du soleil ´´ont tendance à se transformer en boîte de nuit avec une nette augmentation des décibels à partir de 23 h (!)- faisant du bruit bien au delà de la tolérance qui leur est accordée. Ces restaurants ne font sûrement pas venir les touristes l'hiver surtout si ces derniers sont logés sur la baie d'autant que pour se reposer avec le bruit le we !!!
29 août 2014 à 07h12
avatar
gillou dit :
Sans doute au nom du principe de précaution?
27 août 2014 à 14h30
S'EXPRIMER
Soumettre un commentaire :
cinq + cinq = *

* = champ obligatoire